team japan car 66

Pour les passionnés et pocesseur de voiture japonaise
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 MITSUBISHI LANCER EVOLUTION VIII

Aller en bas 
AuteurMessage
badboys66
Admin
avatar

Messages : 454
Date d'inscription : 09/04/2010
Age : 42
Localisation : le boulou (66)

MessageSujet: MITSUBISHI LANCER EVOLUTION VIII   Mer 21 Avr - 13:19



18 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES
MITSUBISHI LANCER EVOLUTION VIII
Moteur: 4 cylindres en ligne, 16 soupapes 2 ACT, turbocompresseur
Cylindrée en cm3 : 1 997
Puissance en ch DIN : 265 ch à 6 500 tr/ min
Rapport ch/litre en ch DIN : 132,69
Couple maximum en Nm : 355 à 3 500 tr/min
Transmission : intégrale, BVM 5
Freins : Av/Ar disques ventilés
Poids à vide ( constructeur ): 1 470 kg
Rapport poids/puissance en ch DIN/litre : 5,54
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 245 km/h
400m D.A.: 14"1
1000m D.A.: 25"8
0 à 100 km/h: 6"1

MISSILE SOL-SOL !
Il aura fallu attendre plus de huit générations de Mitsubishi Lancer sportives pour qu'elle soit importée officiellement en France . Mieux vaut tard que jamais ! Notre patience a toutefois été récompensée tant la Mistubishi Lancer Evo VIII s'annonce performante, efficace et recèle en son sein une transmission intégrale des plus évoluées. La digne représentante de toute une dynastie…

C'est en 1973 que Mitsubishi a commercialisé la première Mitsubishi Lancer. Depuis, huit générations se sont succédées. En marge de la gamme Lancer traditionnelle, c'est en septembre 1992 que Mitsubishi dévoile sa première Lancer Evo I. Auparavant des Mitsubishi Lancer RS et GSR ont vaillamment défendu la marque au diamant dans les rallies du monde entier. La Mitsubishi Lancer Evo I développée à partir de la berline a été conçue pour être homologuée en championnat du Monde des Rallies en groupe A. En 1993, Mitsubishi passe à l'Evo II et passe de 250 à 260 ch. Copie revue en 1995 avec l'Evo III et un moteur optimisé de 10 chevaux supplémentaire. Les changements aérodynamiques son mineurs. Basée sur la Lancer 5ème génération , l'Evo IV est commercialisée en 1996. Elle est déjà dotée d'une système de contrôle actif AYC. En 1998, l'Evo V, puis l'Evo VI en 1999 vont poursuivre la conquête de Mitsubishi en rallies. En janvier 2001, la Lancer Evo VII sort des chaînes de production. Basée sur la 6ème génération de Lancer, elle inaugure un nouveau différentiel central actif ACD et un répartiteur de freinage EBD. Malheureusement pour la France, nous n'avons jamais bénéficié d'une importation officielle et régulière des Mitsubishi Lancer Evo. Il a certes existé un spécialiste dans le sud de la France qui les importait sur demande et les homologuait au cas par cas, mais pour tous les problèmes de garantie et d' après-vente , l'affaire était complexe et rebutait l' acheteur . Pour cette huitième génération de Lancer Evo, Mitsubishi a enfin accepté que le duel qui existe en championnat du monde WRC soit présent commercialement avec la lutte fratricide entre la Subaru Impreza et la Mitsubishi Lancer !

PRÉSENTATION
Toute l'évolution technique et physique de la Mitsubishi Lancer Evo VIII répond avant tout à des besoins d'homologation et d'efficacité en WRC. A l'instar de sa grande rivale, la Subaru Impreza STI , la Mitsubishi Lancer Evo VIII affiche un design très agressif. Ce sont en réalité une multitude d'appendices aérodynamiques suggestifs et efficaces qui réhaussent une ligne d' origine plutôt fade et sans imagination . Par rapport à l'Evo VII, toutes les modifications aérodynamiques ont permis de réduire la traînée et la portance afin d' offrir une meilleure maniabilité et stabilité. Pour y parvenir, la calandre, les ouies de ventilation , les prises d'air, le spoiler , les jupes latérales et le becquet arrière ont été modifiés. Un spoiler arrière en carbone vient améliorer la stabilité, ce qui est une première mondiale pour une berline de série à quatre portes . Il est toutefois possible pour les timides d'opter pour un aileron moins grand. Posée sur de belles jantes Enkeï de 17 pouces, la Mitsubishi Lancer Evo VIII en impose. Comme pour sa compatriote rivale de toujours, la Subaru Impreza STI, l'habitacle est très sportif dans son traitement mais ne peut masquer la banalité de son design, et les quelques imperfections de finitions ou de qualité de plastiques employés. Toute la panoplie de la supersportive est présente dans l'habitacle : volant Momo trois branches, compteurs rétroéclairés rouges, sièges avant baquets Recaro très enveloppants… La dotation de série est très complète avec la climatisation, l' autoradio laser, les vitres électriques …, tandis que l'option pack Luxe comprend la sellerie cuir , un becquet arrière et une planche de bord carbone.

TECHNIQUE
La transmission intégrale permanente élaborée par Mitsubishi est très sophistiquée. C'est même l'un des points forts du véhicule lui autorisant ainsi, on le verra, des vitesses de passage en courbe élevées et une maniabilité sans égale. Outre son différentiel à glissement limité classique de type Torsen entre les roues avant, la Mitsubishi Lancer Evo VIII bénéficie de deux organes déjà en fonction sur l'Evo VII, mais revus et corrigés. L'ACD est un différentiel actif situé entre le groupe moteur/ boîte qui contrôle la répartition de puissance entre le train avant et arrière . Dans des conditions d'adhérence normales la répartition de la puissance est de 50% sur l'avant et 50% sur l'arrière. L'électronique veille pour modifier cette répartition en cas d'adhérence dégradée. Le pilote peut également à loisir sélectionner manuellement trois position pour l'ACD : " Tarmac " pour le bitume, " Gravel " pour les graviers ou la terre et enfin " Snow " pour la neige . En complément de l'ACD, Mitsubishi a équipé sa Lancer Evo VIII du système de contrôle actif de lacet (Super AYC). Il augmente la traction sur la roue arrière qui se situe à l'intérieur du virage afin d'améliorer encore la motricité. La gestion du différentiel ACD et de l'AYC sont gérés électroniquement et varient en fonction de la vitesse, l'accélération longitudinale et transversale, l'angle d' ouverture du papillon du moteur.

MOTEUR
Répondant au nom de code 4G63, le quatre cylindres deux litres turbocompressé qui officie sous le capot de la Mitsubishi Lancer Evo VIII est un dérivé de celui qui a servi à la Mitsubishi Galant VR4 de 1989 en rallies. Mais les nombreuses évolutions techniques l'ont profondément modifié. Ainsi, un collecteur d'admission dont la résistance à l'écoulement d'air a été réduite de 20% et un échappement plus léger ont été montés. Le cœur du moteur accueille des bielles et des pistons renforcés et allégés. Cela a pour effet d'améliorer le couple moteur et la puissance qui s'établit à 280 ch pour le marché japonais mais qui chute à 265 ch en raison des normes anti-pollution (pose d'un catalyseur supplémentaire). Pour la transmission, Mitsubishi fait en revanche appel à une classique boîte mécanique à 5 rapports seulement.

SUR LA ROUTE...
Dès que le moteur tourne et les ceintures sont attachées, on se prend vite au jeu du pilote de rallye . Le plus délicat est de s'accoutumer aux performances de l'auto et surtout à sa vivacité en courbe. Dès les vitesses les plus lentes, on devine le travail efficace des trois différentiels. En changeant la sélection du différentiel ACD, on perçoit mieux les différences de comportement et de réglages. Accélérer la cadence au volant de cette Evo VIII est d'autant plus un régal que la commande de boîte est ferme et précise et surtout le 2 litres turbocompressé se réveille à partir de 2 500 tr/mn. Cela nous ramène quelques décennies en arrière à l'époque des turbos " coups de pieds au fesse " ! Si la transmission intégrale vous met en confiance, notamment à allure modérée, pour aller chercher des performances élevées, il faut soigner son pilotage. Si vous savez piloter (et non pas simplement conduire…) finement vous atteindrez alors des vitesses de passage en courbes et dans des lacets totalement impressionnantes. L'adhérence est épatante, même sur adhérence dégradée. Il n'y a guère que sur chaussée dégradée que la fermeté des suspensions met à mal le confort de roulement et de conduite. Vous l'aurez compris, la Mitsubishi Lancer Evo VIII n'est pas faite pour les longs trajets, car sur autoroute l'arrêt à la pompe à essence est de rigueur plus que de coutume et surtout les nombreux appendices aérodynamiques entraînent de nombreux bruits d'air et grincements fatiguant à la longue. Cette Mitsubishi Lancer doit évidemment être choisie pour ses qualités, et en ce sens elle est devenue à nos yeux la nouvelle référence du marché, supplantant la Subaru Impreza STI. Un fameux compliment...

:: CONCLUSION
Une technologie de pointe, des performances canon, une efficacité routière irréprochable et une image de championne pour un prix contenu. Devant tant de qualités, l'autonomie ridicule et l'appétit en précieux or noir ne sont que des détails. Assurément une auto à acheter avant tout le monde, qui bénéficie enfin d'une importation officielle et d'une garantie 3 ans ou 100 000 km. Quand signez-vous ?…
Revenir en haut Aller en bas
 
MITSUBISHI LANCER EVOLUTION VIII
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
team japan car 66 :: VOITURE :: MITSUBICHI-
Sauter vers: