team japan car 66

Pour les passionnés et pocesseur de voiture japonaise
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 MAZDA RX 8 LP 192 CH

Aller en bas 
AuteurMessage
badboys66
Admin
avatar

Messages : 454
Date d'inscription : 09/04/2010
Age : 42
Localisation : le boulou (66)

MessageSujet: MAZDA RX 8 LP 192 CH   Mer 21 Avr - 14:13




13 CV FISCAUX
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MAZDA RX-8 PERFORMANCE
Moteur: Bi-rotor en ligne, longitudinal AV
Cylindrée: 2 x 654 cm3
Puissance: 192 ch à 7 000 tr/mn
Couple: 22,4 MKg à 5 000 tr/mn
Transmission: AR BVM6 + autobloquant Torsen
Poids à vide: 1 350 Kg
Pneumatiques: 225/45 ZR 18
PERFORMANCES
Vitesse maxi: 223 KM/H
0 à 100 Km/H: 8
1000m D.A: 29"1
80 à 120 Km/h (5è/6è): ND
CONSOMMATION ECE
Urbaine/extra-urbaine/mixte: 15,8/8,9/11,4 L/100km

ANTICONFORMISTE !
Après avoir longtemps copié les constructeurs européens dans de nombreux domaines, il semblerait que parfois, la passion automobile prenne le dessus sur la raison industrielle du côté du soleil levant. Ainsi, l'originale Mazda RX-7 avait longtemps défendu le moteur rotatif Wankel qui fut mis en valeur aux 24 heures du Mans. Aujourd'hui, la Mazda RX-8 persiste et signe dans ce choix et s'offre également l'originalité de devenir le premier coupé à 4 portes du monde ! Ajoutez à cela une sportivité bien trempée et vous obtenez l'une des autos les plus anti-conformiste du moment...

.

PRESENTATION
Présenté tout d'abord à Tokyo en 1999 sous la forme du concept car RX-Evolv, le coupé sportif de Mazda s'était fait remarquer par son originale carrosserie à 4 portes, en rupture avec la tradition des coupés sportifs RX-7. La RX-8 aujourd'hui commercialisée reprend l'essentiel de ce projet, à commencer par ses portes arrière de petite taille s'ouvrant en sens inverse de celles avant pour libérer un très large espace d'accès à bord. Cette géométrie n'est pas nouvelle, elle fut utilisée par Citroën sur la B14 de 1927 ou Renault avec sa Vivasix de 1929. Mais Mazda y ajoute une petite astuce qui permet un accès facile et rapide aux deux places arrière par l'absence de montant central. En effet, sur la Mazda RX-8, la porte arrière accueille le fermoir de la porte avant et fait donc office de pillier central une fois fermée. Même si l'allure générale n'a pas la grâce d'un authentique coupé, avouons que pour une berline (!?) la Mazda RX-8 est très élancée. Ensuite, la Mazda RX-8 se pare de grandes roues en alliage léger de 18" de diamètre. Les feux arrière sont typiquement à la sauce japonaise et imitent le style "Cristal" inauguré par Lexus sur l'IS 200. Le coffre s'ouvrant avec deux vérins présente une taille assez intéressante mais n'offre toutefois pas une accessibilité idéale. Dessous, le bouclier englobe les deux sorties d'échappement à chaque extrémité d'une grille d'extraction d'air qui contient un feux de brouillard triangulaire en son centre qui rappelle la forme en triangle du moteur Renesis. La partie avant est plutôt sympa avec ses ailes rebondies et ses petits phares en amande. Le capot long et plongeant vers une calandre bien ouverte comporte dans sa partie haute un bossage triangulaire, également en rappel à la forme du piston qui anime le petit moteur rotatif installé dessous. Bon, ok, ce n'est pas aussi harmonieux et séduisant que du Pininfarina de la grande époque mais les productions japonaises nous ont souvent habitués à moins de personnalité dans leur design, félicitons nous donc de la fraîcheur stylistique de cette Mazda qui ne se contente pas de "singer" des standards européens. Admirer l'ensemble de l'habitacle traité très sportivement et ses multiples détails de finition est un vrai délice. Déjà, une fois entrouverte la porte avant, le rouge flamboyant du cuir des baquets vous saute aux yeux. Ces baquets, d'un design vraiment sublime, symbolisent eux encore le moteur Renesis par les intérieurs triangulaires en aluminium vissé des repose-tête, un régal. Petit pédalier ajouré en alu, rappels de cuir sur les contre-portes et le volant et puis il y a aussi ce long tunnel central avec ses rebords en aluminium poli qui traverse l'habitacle, séparant la banquette arrière en deux petits sièges profonds. Malheureusement, l'habitabilité arrière est très exigüe et si l'accès y est facile, y rester installé est déjà moins agréable... Car c'est bien évidemment devant que l'on est le mieux à bord de la RX-8 ! Devant les yeux du pilote, trois compteurs ronds sous une petite casquette façon moto, avec le compte-tours superposé au milieu des deux autres. Le petit volant en cuir bi-ton regroupe plusieurs boutons de commandes, ce qui nous rappelle à l'esprit l'équipement ultra complet livré en série sur la RX-8 (Clim, changeur CD, Hi-FI Bose, etc...). Dommage que celui-ci ne se règle pas en profondeur et que l'assise du siège soit un peu haute. Heureusement, la position de conduite est globalement très agréable. Nous ne nous étalerons pas sur ce point car ici, tout laisse à penser que l'on va causer sport ! Enième rappel de l'exclusivité mécanique de la RX-8, le petit levier de la boîte à six rapport siège au milieu du tunnel central de transmission, avec son pommeau en alu de forme triangulaire au sommet d'une tige très courte.

MOTEUR
L'originalité esthétique de la Mazda RX-8 ne serait sans doute pas aussi fortement motivée par la mécanique qui l'anime si cette dernière n'était pas un cas vraiment à part dans la production automobile actuelle. En effet, ce cher Félix Wankel n'aurait sans doute pas imaginé en 1957 que son invention du moteur à piston rotatif propulserait Mazda sur la plus haute marche du podium des 24 heures du Mans en 1991 ! Sans doute fier de ce succès et ayant développé avec brio plusieurs générations de coupé sportifs, Mazda perpétue ainsi depuis presque 40 ans une technologie dont il est désormais le seul promoteur. Mais qu'est-ce que le moteur Wankel nous direz-vous ? Pas de piston, pas de soupapes, pas d'arbre à cames, le moteur à piston rotatif n'a rien en commun avec le moteur multicylindres à quatre temps tel que nous le connaissons en dehors du carburant qu'il utilise ! A la place des pistons, on trouve un rotor de forme triangulaire à l'intérieur d'un cylindre nommé Stator. Il forme alors 3 chambres de combustion de forme trochoïdales dont le volume varie avec la rotation du rotor. Les flux d'admission et d'échappement se font par 5 "lumières". Les quatre temps de la combustion s'effectuent alors en un seul tour de vilebrequin contre deux tours dans un moteur classique. Il est donc d'usage de multiplier par deux la cylindrée du moteur rotatif pour établir une équivalence de comparaison. Cependant, le rotor entraîne par un pignon de surmultiplication l'excentrique qui tourne alors trois fois plus vite. Du coup cela se complique car au final, il y a donc une explosion tous les 3 tours ! Hum... vous l'aurez compris, la différence technique est telle qu'elle ne permet pas de comparaison réellement équitable. Sous le capot bombé de la Mazda RX-8, le bi-rotor atmosphérique cube 2 x 654 cm3. Mais contrairement à la RX-7, le moteur rotatif de la RX-8 n'a pas le renfort de turbocompresseurs. Ce petit berlingot développe toutefois la puissance assez respectable de 192 chevaux qu'il faut aller chercher à 7000 tr/mn (!). Contrepartie de sa petite cylindrée, il ne fournit qu'un maigre couple de 22,4 Mkg à 5500 tr/mn. Avec de telles caractéristiques, inutile d'être devin pour savoir qu'il va falloir jouer de la cravache pour faire avancer la Mazda RX-8... Mais ce coeur mécanique placé en position avant longitudinale est particulièrement peu encombrant et très léger. C'est évidemment l'un de ses principaux points forts. Ainsi malgré un équipement pléthorique, la RX-8 ne pèse que 1350 Kg là où ses rivales directes sont plus proches de la tonne et demi. Du coup, le rapport poids/puissance s'établit à 6 Kg/ch tout rond. L'autre avantage de la petite cylindrée est la spontanéité du moteur à la sollicitation de la pédale d'accélérateur. En effet, au moindre coup de gaz, on sent instantanément l'envie de monter dans les tours de ce petit rotatif. Et cela n'est pas pour nous déplaire, surtout avec une zone rouge très haut perchée qui déclenche une petite sonnerie d'alerte à 8000 rotations/mn lorsque l'on tape le rupteur ! La sonorité du moteur est également plutôt flatteuse pour les tympans, légère et aérienne, elle ne ressemble à rien d'autre sur cette terre. Dès lors, on se demande pourquoi Mazda a affublé la RX-8 Performance d'une transmission manuelle à 6 rapports dont l'étagement semble trop long compte tenu du peu de couple disponible. Il est alors, comme prévu, indispensable de jouer en permanence de la boîte pour relancer la Mazda RX-8, ce qui ne fait qu'amplifier le bon appétit naturel du moteur rotatif. En conduite sportive, les 61 litres du réservoir se montrent rapidement trop justes.

CHASSIS
Pour appréhender le comportement routier de la Mazda RX-8 Performance il convient de jeter à nouveau un oeil à sa fiche technique. Grâce à sa petite motorisation, la RX-8 est relativement légère comme nous l'avons vu précédemment. En plus de cela, elle bénéficie d'une répartition des masses quasi idéale, soit 52% du poids sur l'avant et 48% sur l'arrière. Les liaisons au sol sont assurées par des doubles triangulations à l'avant et un essieu multibras derrière. De surcroît, la Mazda RX-8 est aussi une propulsion équipée d'un autobloquant Torsen avec différentiel à glissement limité sur l'arrière. Enfin, les grandes roues en alliage léger de 18" sont généreusement chaussées en gommards 225/45 fournis de série par Bridgestone (des Potenza RE 040). Le tout est secondé par une bride électronique TCS comprenant l'ABS, le répartiteur électronique de freinage et un correcteur de trajectoire. Le freinage à quatre disques ventilés se montre également assez mordant et efficace. Second blâme pour la direction électrique, laquelle gâche un peu notre plaisir par son relatif manque de feeling, malheureusement toujours inhérent à cette technologie. Heureusement, le train avant est vif et précis, il permet de bien placer l'auto très peu sujette au sous-virage. L'arrière suit sans broncher, avec une légère dérive, toujours contrôlable, quand on le brusque un peu. La RX-8 survire alors gentiment à plat, le Torsen démontrant sa suprématie sur les autres systèmes. En on vient alors à se demander si les aides électroniques embarquées présentent un réel intérêt, tant l'équilibre du châssis est extraordinaire. Cela bride un peu le plaisir, mais bon, c'est dans l'air du temps... La suspension assez ferme maîtrise très bien le roulis et les mouvements de caisse, bien aidée par les pneus à flanc bas. En contrepartie, elle n'est pas non plus trop méchante avec le dos et on apprécie d'autant plus cet excellent compromis qu'il est assez rare dans la catégorie des coupés sportifs. Volontaire, performante, équilibrée, efficace et réellement grisante, la Mazda RX-8 dans sa version "Performance" affirme donc bien son tempérament sportif quand on lui rentre dedans. Les chronos sont d'ailleurs là pour le prouver : 0 à 100 Km/h en 7"4, 1000m DA en 26"9 et une vitesse maxi de 235 Km/H. En revanche, le manque de couple du moteur pénalise les reprises qui sont assez moyennes. Sur parcours sinueux, les relances après chaque virage manquent parfois de nerfs si l'on se montre fainéant de la main droite... Pour s'en sortir, il faut systématiquement tomber un voire deux rapports pour dépasser en sécurité. Evidemment, c'est assez vite fatiguant, mais c'est tellement bon ! De plus, ce moteur atmosphérique très progressif et linéaire permet de ne jamais être surpris par des réactions brutales, ici l'homogénéité, l'efficacité et le plaisir sont les maîtres mots.

:: CONCLUSION
Véritable anticonformiste dans la production automobile actuelle, la Mazda RX-8 joue la carte de la différence doublée de celle de la sportivité. Vendue à un prix compétitif, elle apporte une dose de bonne humeur bienvenue en ces temps moroses où l'on vourait nous faire croire que le plaisir automobile est un crime. La Mazda RX-8 semble pouvoir séduire tous ceux qui refusent comme nous de devoir se "déplacer" en monospace Diesel...
Revenir en haut Aller en bas
 
MAZDA RX 8 LP 192 CH
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
team japan car 66 :: VOITURE :: MAZDA-
Sauter vers: